Le tourbillon sphérique

  • Hybris Mechanica spherique

Dans le Calibre 177 de Jaeger-LeCoultre, les rotations tridimensionnelles du balancier figurent au centre d'une extraordinaire invention horlogère. La cage extérieure, ultra-légère, accomplit un tour complet autour de son axe en soixante secondes. La cage intérieure qui supporte le balancier, le spiral et l'échappement tourne nettement plus rapidement. Lorsqu'elle a effectué une rotation complète sur elle-même 24 secondes exactement se sont écoulées, soit 2,5 tours par minute. A l'évidence, les horlogers n'ont pas adopté par hasard cette vitesse de rotation quelque peu curieuse au premier abord. C'est elle qui permet au balancier en or d'apparaître chaque minute dans toute sa splendeur sous les yeux de l'observateur. Puis, il continue d'avancer en titubant, apparemment dans un état d'apesanteur, mais sur une course précisément calculée à l'avance à travers le microcosme du tourbillon sphérique, d'une infinie légèreté. En effet, les 90 pièces de ce complexe corps pivotant ne pèsent en tout et pour tout qu'un tiers de gramme. Il n'aurait pas été possible d'atteindre ce poids digne de tous les superlatifs sans recourir à l'aluminium pour la cage extérieure en forme de sphère et au titane et aluminium pour les éléments de la cage intérieure. Grâce au faible poids spécifique de l'aluminium, le corps extérieur fabriqué avec la technologie moderne des cinq axes ne pèse que 0,035 gramme. La même pièce confectionnée en acier représenterait en revanche un poids de 0,11 gramme. Mais un matériau tel l'aluminium, utilisé en aéronautique ou dans des moteurs à hautes performances en raison du rapport optimal entre sa densité et sa résistance, de sa stabilité et de sa résistance à la corrosion, était à sa place dans un tourbillon. D'ailleurs, l'aluminium ne constitue pas foncièrement un métal inédit pour les horlogers de Jaeger-LeCoultre. Passionnés d'innovation comme toujours, ils avaient déjà procédé à des expérimentations dans les années 1940 avec des ébauches de mouvements entièrement réalisées en aluminium. Il n'y a que pour le balancier que les techniciens n'ont pas lésiné sur le poids. Avec ses masselottes de réglage, il est confectionné en or 14 carats, pour donner un moment d'inertie particulièrement élevé, utile pour des schémas d'oscillation peu communs. Le tourbillon sphérique du Calibre Jaeger-LeCoultre 174 marque de nouvelles avancées dans ce domaine extrêmement complexe. Merveille mécanique à part entière, ce tourbillon sphérique et la centaine de pièces qui le composent exercent une irrésistible fascination par la complexité, la rapidité et la beauté de ses évolutions dans les trois dimensions. Sa fréquence a été augmentée à 4HZ (contre 3 HZ pour le Gyrotourbillon1). Il a été muni d’un inédit spiral cylindrique, tel qu’on peut en trouver dans les horloges de la marine. Contrairement aux spiraux plats, ce spiral cylindrique est doté de deux courbes terminales, une à chacune des extrémités, ce qui lui procure un battement parfaitement concentrique. Cette double caractéristique, haute fréquence et spiral concentrique, permet ainsi une amélioration notable de sa précision. Sa cage intérieure, la plus rapide accomplit 3,2 tours par minute, soit un tour toutes les 18,75 secondes, et sa cage extérieures ultra-.légère car taillée dans l’aluminium, accomplit un tour par minute. Autre particularité technique son barillet a été équipé d’un limitateur de couple. Ce qui signifie que la régularité de sa marche est parfaitement assurée sur 50 heures : quand le couple devient insuffisant, le limitateur entre en action pour arrêter la marche de la montre. De même, ce limitateur bloque le remontage manuel quand il y a un risque de surplus d’énergie. Afin d'animer encore le spectacle féerique offert par ce mécanisme horloger, les designers de la Manufacture ont souhaité en accroître la séduction en soummettant les bras du balancier à un minutieux squelettage dont la fine élégance se traduit également par un appréciable gain de poids.