Jaeger-LeCoultre – Unique Auction

29/11/2011

  • Cadran Bleu 412
La société Artcurial, plus importante maison d’enchères française, propose plus de 250 montres et pendules d’exception retraçant les près de 180 ans de l’histoire de Jaeger-LeCoultre.

Baptisée "Jaeger-LeCoultre Unique Auction", cette vente rassemble la collection la plus riche de garde-temps Jaeger-LeCoultre jamais mise aux enchères. Toutes les collections emblématiques de la marque y sont représentées, ainsi que des créations plus confidentielles mais non moins recherchées, parmi lesquelles des montres militaires, des montres à remontoir dessous, à couvercle, à calendrier complet, des pendulettes mystérieuses,montres Duoplan étrier et de nombreuses autres petites merveilles de technique et de style.

En 2003, Artcurial avait organisé la première vente entièrement dédiée à Jaeger-LeCoultre. Huit ans plus tard, pour répondre à la demande des passionnés de la marque et des amateurs de Haute horlogerie, elle renouvelle cette opération exceptionnelle. Découvrez dès aujourd'hui la montre Chronomètre Geophysic, modèle 2985 qui fut créé en 1958 à l’occasion des 125 ans de la Manufacture. Il était destiné aux scientifiques de l’Année Geophysic Internationale, une opération scientifique sans précédent.

Vers 1890. Savonnette à répétition minutes En 1870, grâce à sa maîtrise de la précision LeCoultre & Cie révolutionne l’horlogerie en fabriquant pour la première fois des calibres à complications en petites séries. Des nouvelles méthodes de fabrication permettent de franchir des pas de géant dans le domaine de la fiabilité des montres à complications. La Manufacture s’impose rapidement comme la référence dans les répétitions minutes. Elle crée en quelques décennies plus de 200 calibres différents dotés de cette complication classique, l’une des plus sophistiquées de la branche. Créée au tournant des années 1890, la montre savonnette mise en vente par Artcurial abrite dans son boîtier en or rose finement guilloché le Calibre LeCoultre 19RVS, 33 rubis. Fabriqué en maillechort, le mouvement à répétition minutes dispose d’un échappement de grande tradition : balancier bimétallique coupé, courbe terminale de précision, double plateau, levées visibles, ancre ligne droite. Sous la cuvette gravée, protégé par un verre courbe très fin, le mouvement dévoile sa décoration classique : côtes de Genève, ponts et vis anglés, timbres polis miroir. Le remontoir en vue se distingue par ses engrenages en dents dites « de loup ». Le cadran en émail grand feu présente des chiffres romains et arabes peints. Les aiguilles dorées sont de style Louis XVI. Estimation : 6 000 à 8 000 €

Vers 1900. Montre pendentif émaillée La Manufacture Jaeger-LeCoultre réunit les quelque 180 savoir-faire horlogers nécessaires à la conception et à la fabrication intégrale des montres : des plus récentes technologies aux métiers les plus anciens et les plus rares. L’atelier de miniature sur émail est dépositaire d’un savoir-faire presque disparu. Il jouxte l’atelier de gravure, dans lequel les artisans creusent délicatement le métal pour embellir les montres et les mouvements les plus prestigieux. Du plus pur style Art Nouveau, une montre pendentif proposée par Artcurial présente un boîtier en or jaune 18 carats gravé, ciselé et émaillé polychrome. Le cadran en émail grand feu est ponctué d’index métalliques intégrés dans l’émail et de chiffres arabes peints. Doté d’un échappement à cylindre, le Calibre LeCoultre 9HN atteint un diamètre d’à peine 2 cm. Son système remontoir en demi-vue dit « LeCoultre » était protégé par un brevet déposé en 1894. Estimation : 5 000 à 6 000 €

1933. Reverso à cadran bleu, modèle 201 La montre Reverso a été créée suite à un défi lancé par officiers britanniques basés en Inde et qui désiraient obtenir une montre capable de survivre aux chocs d’un match de polo, leur sport de prédilection. L’idée est aussi simple que géniale : d’un geste discret, le porteur de la montre peut faire pivoter son boîtier pour protéger le cadran. Classique de l’Art déco, icône de l’horlogerie, la Reverso a su séduire aussi bien les hommes que les femmes. Déclinée en centaines de modèles différents, elle est devenu un objet de collection privilégié. Dans les années 1930, les clients de la Manufacture pouvaient choisir le cadran qui ornerait leur Reverso parmi un panel de plusieurs dizaines de modèles. Les cadrans blanc, argentés ou noirs furent les plus prisés, mais quelques esprits précurseurs choisirent des cadrans de couleurs : brun, rouge ou bleu. Arturial propose une Reverso de 1933 rarissime, modèle 201 doté d’un cadran laqué bleu, dont les index et les chemins de fer sont frappés. Ce modèle en acier est doté du Calibre LeCoultre 410, le plus ancien mouvement LeCoultre destiné à la Reverso. Estimation : 8 000 à 12 000 €

1938. Duoplan dite « tuile », modèle 18008 C’est durant l’entre-deux guerre que la montre-bracelet s’est imposée. Elle présentait un avantage majeur par rapport à la montre de poche : elle permettait un accès plus rapide à l’heure. Mais elle posa un problème épineux : la miniaturisation. Car plus le mécanisme est petit, plus grande est la difficulté d’offrir la précision, la fiabilité et la résistance. La montre Duoplan offrit une solution originale : en superposant les composants du calibre sur deux niveaux, elle put conserver un grand balancier. En d’autres termes, elle réconcilia l’élégance et la Belle Horlogerie. L’une des montres Duoplan proposées par Artcurial symbolise parfaitement le mariage de l’élégance et de la technique au service des femmes. Le boîtier s’inscrit dans la continuité du bracelet de type « chaîne » en or rose 18 carats. Si bien que le verre qui protège le cadran cuivré Art déco est en forme de tuile romaine, une spécialité qui vaut à cette montre le qualificatif de « tuile ». Pour encore plus de pureté esthétique, la couronne se cache sous la montre. Ce modèle est l’un des tous premiers qui furent signés Jaeger-LeCoultre, car il succède d’une année à la fusion des deux noms LeCoultre et Jaeger. Son Calibre Jaeger-LeCoultre 403 fut fabriqué de 1927 à 1966 en 11'107 exemplaires, soit moins de 300 exemplaires par année. Estimation : 4 000 à 6 000 €

1958. Chronomètre Geophysic, modèle 2985 Le Chronomètre Geophysic de Jaeger-LeCoultre fut créé en 1958 à l’occasion des 125 ans de la Manufacture. Il était destiné aux scientifiques de l’Année Geophysic Internationale, une opération scientifique sans précédent. En pleine guerre froide, plusieurs milliers de chercheurs issus de 67 pays conjuguèrent leur effort pour jeter les bases des connaissances liées aux sciences de la terre. Ils fondèrent notamment de nombreuses bases en Arctique. Précision, robustesse, résistance aux champs magnétiques : le Chronomètre Geophysic les accompagna dans leurs découvertes. En parallèle au célèbre modèle E168, la vente Artcurial proposera une déclinaison rarissime, absent des ventes aux enchères depuis plus de 10 ans : le modèle 2985, baptisé Geophysic Luxe et fabriqué en 103 exemplaires. Son Calibre Jaeger-LeCoultre 478BWSbr offre tous les dispositifs techniques garants de la plus grande précision : second au centre indirecte, stop seconde, balancier Glucydur, réglage à vis par ressort régulateur (col de cygne) parechocs, courbe terminale de précision, échappement antimagnétique, ressort incassable, 17 rubis. Boîtier or jaune 18 carats, cadran argenté, index appliqués et aiguilles en or. Estimation : 6 000 à 9 000 €

1959. Memovox Deep Sea, modèle E857 Au lendemain de la seconde guerre mondiale, le jeune enseigne de vaisseau français Jacques-Yves Cousteau invente avec Emile Gagnant le détendeur de plongée, marquant le début de l’histoire de la plongée de loisir. Les clubs se multiplient rapidement et les équipements s’améliorent. Jaeger-LeCoultre contribue au développement de ce nouveau sport en créant en 1959 la première montre de plongée dotée d’une alarme. La sonnerie de la Memovox Deep Sea devait rappeler aux plongeurs le moment d’entreprendre leur remontée à la surface. Fabriquée de 1959 à 1962 en 1061 pièces, la Memovox Deep Sea, modèle E857, est une montre mythique dont Jaeger-LeCoultre a créé une réplique en 2011. Un modèle mis en vente par la maison Artcurial était dédié au marché américain, comme l’indique sa signature LeCoultre. Etanche à 100 mètres, son boîtier en acier abrite le Calibre Jaeger-LeCoultre 815, le premier calibre automatique alarme de l’histoire de l’horlogerie. L’heure de la sonnerie est indiquée au moyen d’un disque intérieur tournant. Estimation : 15 000 à 20 000 €

1967. Memovox Polaris, modèle E859 Fabriquée en 1714 exemplaires de 1965 à 1970, la Memovox Polaris demeure la plus célèbre montre de plongée de Jaeger-LeCoultre. Le projet prit forme dans la continuité de la Memovox Deep Sea de 1959. La Manufacture offrit à sa nouvelle création un boîtier d’une taille exceptionnelle pour l’époque : 42 mm ! Une année après le lancement des premiers modèles, la Memovox Polaris était dotée d’un nouveau système destiné à accroître le volume de la sonnerie sous l’eau. Un boîtier à triple fond évitait que le son ne soit étouffé par le contact avec la combinaison de plongeur. Il se composait d’un fond intérieur en bronze pour la résonnance du réveil, d’un fond d’étanchéité et d’un fond extérieur ajouré de 16 ouvertures rondes. Fabriquée en 1967, l’une des Memovox Polaris mises en vente par Artcurial, modèle E859, compte parmi les premiers modèles dotés du boîtier à triple fond breveté Compressor. Elle offre également un rehaut intérieur tournant bidirectionnel, des index et des aiguilles luminescentes et une date à guichet. Composée de 241 pièces, le Calibre Jaeger-LeCoultre 825 à remontage automatique est doté d’une masse à butée. S’il a été perfectionné au fil des décennies, son système de réveil demeure aujourd’hui encore similaire dans les montres Jaeger-LeCoultre à réveil. Estimation : 15 000 à 20 000 €

2011. Atmos 561 by Marc Newson, pièce unique Inventée en 1928 par l’ingénieur neuchâtelois Jean-Léon Reutter, mise au point et fabriquée par Jaeger-LeCoultre, la pendule perpétuelle Atmos touche du doigt l’un des plus anciens rêves de l’humanité : le mouvement perpétuel. Puisant son énergie dans les plus infimes changements de température, elle consomme 65 millions de fois moins d’énergie qu’une ampoule de 15 Watt. Un seul degré suffit à lui assurer 48 heures d’autonomie. Cadeau officiel du gouvernement helvétique depuis plus d’un demi-siècle, l’Atmos est devenue un emblème de l’excellence horlogère suisse, et pour de nombreux amateurs, un objet absolu de passion. La vente Artcurial offrira plusieurs modèles rarissimes des années 1930. La Manufacture Jaeger-LeCoultre proposera, pour sa part, une pièce unique créée spécialement pour cette vente, et dont les bénéfices seront versés au profit d’une association caritative, l’AMM (Association Monégasque contre les Myopathies). L’Atmos 561 by Marc Newson a été dotée d’un habillage en cristal de baccarat dont la fabrication a exigé de nombreuses opérations spéciales, en particulier la technique du dépoli, puis l’application de plusieurs bains d’acide pour obtenir un effet de cristal sablé. Estimation : 12 000 à 15 000 €

2011. Reverso à éclipse Zep, pièce unique Créée à l’occasion du 80ème anniversaire de la Reverso, personnalisée par Philippe Chappuis, alias Zep, le célèbre dessinateur de Titeuf, une Reverso à Eclipse sera proposée par Jaeger-LeCoultre dans le catalogue Artcurial. Le bénéfice de la vente sera versé au profit d’une association caritative, l’AMM (Association Monégasque contre les Myopathies). En actionnant une petite molette située au-dessus de la couronne, deux volets s’ouvrent à volonté pour dévoiler un dessin réalisé spécialement par Zep : Titeuf se glissant à l’intérieur de rouages horlogers, clin d’oeil de l’artiste à Charlie Chaplin dans les Temps Modernes. Cette image a été reproduite en miniature sur émail par un artisan émailleur de la Manufacture Jaeger-LeCoultre. Plus de 80 heures de concentration absolue ainsi que de nombreux passages au four ont été nécessaires pour appliquer et fixer les couleurs au moyen de minuscules pinceaux. Habillée d’or rose 18 carats, cette montre unique abrite le Calibre Jaeger-LeCoultre 849, dont l’épaisseur totale ne dépasse pas 1,82 mm. Estimation : 50 000 à 80 000 €