Le temps perpétuel

  • Hybris Mechanica perpetual

Situé dans le brancard, le calendrier perpétuel, dont l’épaisseur ne dépasse pas 1,7 mm, a été programmé de sorte qu’il connaisse par coeur la longueur différente des mois jusqu’à la fin février 2100. Ainsi, le garde-temps à triptyque sait parfaitement que le 28 février 2037 sera suivi du 1er mars. Et, à compter du 1er janvier 2036, un B blanc sur fond rouge indiquera qu’il s’agit d’une année bissextile dont le mois de février compte en bonne logique 29 jours. Ensuite, le calendrier saute deux dates qui n’existent pas: le 30 et le 31 février. À chaque fin de mois, l’indication digitale de la date doit apporter la preuve de son aptitude peu commune à bondir. Il lui faut en effet moins d’un dixième de seconde pour revenir à son point de départ, à savoir au chiffre 1, et recommencer ainsi la ronde des quantièmes. Le disque conçu à cet usage est confectionné en saphir. Il s’arrête toujours avec une grande précision au même emplacement et ne se déplace jamais sur son axe. Dans le cas contraire, le mois suivant courrait le risque de commencer par le 2, voire le 3.