Master Control, Master Ultra Thin Réserve de Marche et Master Ultra Thin Tourbillon : trois grands classiques à l’avant-garde de l’horlogerie.

08/02/2012

  • Master UltraThin Tourbillon
Lors du SIHH 2012, la Manufacture Jaeger-LeCoultre présente trois nouveaux garde-temps de sa ligne Master Control, qui célèbre son vingtième anniversaire. En effet, c’est en 1992 que la Grande Maison de la Vallée de Joux a introduit cette ligne d’inspiration classique qui porte le nom d’une impitoyable série de tests, le Contrôle des 1000 heures, introduit la même année afin de garantir la fiabilité, la robustesse et la précision de ses garde-temps, dans les conditions les plus extrêmes.

Depuis 1833, l’inventivité horlogère possède son port d’attache à la Vallée de Joux. Cette année-là, Antoine LeCoultre, un esprit de génie, fonde son propre établissement au Sentier afin de se consacrer à la production de composants horlogers. Il vient de mettre au point une machine révolutionnaire pour tailler les pignons, un élément clé des mécanismes horlogers. Il s’agit là d’une avancée décisive, qui ouvre la voie à la standardisation des mouvements et à la fabrication en série. Ce premier pas hors des sentiers battus a valeur d’exemple, car il demeure aujourd’hui encore source d’inspiration pour ses successeurs. Antoine LeCoultre n’accueille pas le succès qui couronne ses premiers efforts comme une incitation au repos, tout au contraire. Il étend sa production aux autres composants des garde-temps et ne cesse de réfléchir à de nouveaux moyens pour accroître la qualité de fabrication. Dix ans se sont à peine écoulés au moment où il met au point le millionomètre, le premier instrument de l’histoire capable de réaliser des mesures avec une exactitude d’un seul micron, la millionième partie du mètre. La portée de cette invention est considérable. Hormis un formidable gain en précision, elle permet en effet d’intégrer aux montres de poche des complications qui appartenaient jusqu’alors au domaine du rêve. Les nouvelles réalisations suscitent l’enthousiasme et la Vallée de Joux, berceau de la Haute Horlogerie, gagne bientôt le surnom de « Vallée des Complications », un titre que nul ne s’est avisé depuis lors à lui contester.

Master Ultra Thin Tourbillon : l’hégémonie du tourbillon
L’or rose entoure un cadran où le regard de l’observateur est irrésistiblement attiré par le tourbillon à 6 heures. Imposant, majestueux. Il atteste de la précision exceptionnelle de la Master Ultra Thin Tourbillon comme de la force d’inventivité de la Manufacture qui a projeté dans le XXIe siècle le tourbillon inventé au cours des dernières années du XVIIIe siècle. En 2004, le Gyrotourbillon a ouvert les feux avec le premier tourbillon sphérique au monde. Quatre ans plus tard, la Grande Maison de la Vallée de Joux levait le voile sur la Reverso Gyrotourbillon, premier tourbillon tridimensionnel à comporter un spiral cylindrique. Douze mois s’étaient à peine écoulés que Jaeger-LeCoultre présentait la Master Grande Tradition Grande Complication qui associe un tourbillon volant et des indications célestes sous la forme d’un calendrier zodiacal sidéral. Cet extraordinaire éventail d’inventions ne doit à l’évidence rien au hasard.

Il y a six ans, la Master Tourbillon réalisait un retour aux sources du tourbillon dont la fonction première consiste à optimiser la précision et la fiabilité d’un garde-temps en compensant les effets préjudiciables de la force de gravité sur l’organe réglant. Son tourbillon se distingue par ses dimensions généreuses et sa haute fréquence de 28 800 alternances par heure, qui demeure rare pour un tourbillon. Il possède aussi une cage en titane d’une légèreté diaphane car elle n’accuse que très exactement 0,33 gramme lorsqu’elle est déposée sur une balance ultraprécise, un atout indéniable afin de réduire l’énergie exigée d’un barillet dont le remontage est assuré par un rotor monté sur des billes en céramique. Cet instrument de haute précision a remporté le premier prix du Concours international de chronométrie organisé en 2009.

En 2012, la Master Ultra Thin Tourbillon parée de ce même tourbillon lui écrit une véritable ode. Dans cette exécution d’une stupéfiante finesse, il est maintenu par un pont en filigrane qui laisse découvrir avec ravissement son orbite aux parfaites proportions. Sur un cadran coquille d’oeuf, des index appliqués en or rose conservent la modestie requise afin de ne pas distraire le regard du centre d’attention. Les aiguilles des heures et des minutes en or accompagnent la petite seconde à 6 heures qui, solidaire des évolutions du tourbillon, accomplit un tour complet toutes les minutes. Le résultat de décennies de recherches et de patients développements se présente sous un jour d’une telle perfection et d’une telle simplicité que nul, à le contempler, ne songe aux efforts exigés pour sa réalisation. Mais tel est le signe qui, de tout temps, reste l’apanage des authentiques chefs-d’oeuvre. Afin de rendre hommage à cette prouesse artistique et technologique, la Manufacture Jaeger-LeCoultre proposera la Master Ultra Thin Tourbillon uniquement avec un boîtier en or rose d’un diamètre de 40 mm, à l’extraordinaire minceur de 11,3 millimètres.

Tout au long de sa riche histoire, l’inventivité de Jaeger-LeCoultre est attestée par le dépôt de près de 400 brevets. Mieux que tout autre, ce nombre illustre l’inlassable élan novateur de la Manufacture, mais il ne prend véritablement son sens qu’à l’instant de préciser que 80 d’entre eux ont été décernés pour des avancées décisives qui ont vu le jour depuis que l’humanité est entrée dans le troisième millénaire. Pour la Grande Maison de la Vallée de Joux, l’accélération de l’histoire n’est pas un simple mythe.

Depuis vingt ans, les strictes exigences du Control des 1000 heures ont soumis à des tests rigoureux tous les modèles Master Control, qui intègrent les dernières avancées de la recherche conduite dans les laboratoires de la Manufacture. Depuis deux décennies, les performances et la fiabilité des garde-temps de la ligne Master Control sont accueillies avec enthousiasme par le public et les experts horlogers qui saluent leur technologie d’avant-garde. En 2012, trois nouveaux garde-temps célèbrent une ligne de montres qui a désormais atteint sa majorité. Chacun d’eux exprime un aspect particulier du vaste savoir-faire de la Manufacture Jaeger-LeCoultre : le prodige du classicisme horloger dans une expression minimaliste d’une beauté à couper le souffle, une interprétation contemporaine de la réserve de marche dans un boîtier ultraplat et un tourbillon dont la minceur est, à elle seule, une prouesse.

Le Control 1000 heures, 20 ans d’avance
Les inventions et les perfectionnements réalisés par la Manufacture s’attachent à tous les aspects de l’horlogerie afin de porter à des sommets inédits la beauté, la fiabilité et les performances des garde-temps. Il y a exactement deux décennies, pour tester dans les moindres détails et dans les circonstances les plus improbables la qualité et la robustesse de ses créations horlogères, Jaeger-LeCoultre instaure une rigoureuse procédure de contrôle, le test de 1000 heures. Chaque exemplaire de la nouvelle ligne dévoilée cette même année n’est autorisé à quitter les ateliers de la Manufacture que s’il est doté d’un certificat signé par le maître horloger responsable. Ce document atteste que la montre a vaillamment surmonté les redoutables épreuves stipulées par ce programme de test qui s’étend sur six semaines.

Les modèles de la ligne Master Control reflètent jusque dans leur nom cette exigence de fiabilité. Apparue en 1992, cette nouvelle génération de montres dont le design se caractérise par un raffinement d’un classicisme épuré, inspiré par la grande tradition des montres de poche du XIXe siècle ainsi que par les légendaires Memovox et la Futurematic, première montre entièrement automatique dépourvue de couronne de remontoir. Cependant, leur résistance aux conditions les plus extrêmes était déjà le fruit d’une technique d’avant-garde. A une époque où les garde-temps automatiques se contentaient le plus souvent d’imprimer à leur balancier 21 600 alternances par heure, ou 3 Hertz, le Calibre Jaeger-LeCoultre 899/1 se distinguait par sa haute fréquence de 4 Hertz, soit 28 800 alternances par heure, une caractéristique qui lui assurait plusieurs longueurs d’avance sur les mouvements horlogers de son temps.

Qui, hormis Jaeger-LeCoultre, aurait alors songé à se montrer aussi impitoyable avec des montres à peine sorties de production et dont le visage conserve encore l’apparence du neuf ? Alors qu’elles ne semblent aspirer qu’à se glisser dans un précieux écrin afin d’être acheminées avec tous les égards qui leur sont dus vers leurs futurs propriétaires, elles se retrouvent dans des salles de laboratoire, à la blancheur immaculée, le domaine de l’implacable Maître Contrôleur. Il préside au bon déroulement des tests qui s’étendent sur une durée de non moins de six semaines.

Jaeger-LeCoultre, les garde-temps ne sont testés qu’une fois achevés, juste avant leur départ de la Manufacture, dans leur forme définitive et le moindre écart, la moindre faiblesse décelés pendant ce mois et demi signifie leur retour immédiat dans les ateliers des horlogers. Le Maître Contrôleur est inflexible car il en va de sa réputation et, tout aussi important à ses yeux, de la renommée de la marque. Ainsi, dès sa réception, chaque montre subit des épreuves les plus diverses : le cyclotest lui imprime des mouvements de rotation entrecoupés d’interruptions plus ou moins longues alors que d’autres appareils testent son comportement à différentes températures ou vérifient sa précision de marche dans six positions. Six semaines plus tard, le Maître Contrôleur lui décerne enfin sa feuille de route en apposant sa signature sur le certificat attestant qu’elle possède toutes les qualités pour devenir une compagne fidèle et appréciée, jour après jour et année après année.